Il est actuellement possible d’imprimer du métal, mais les différentes imprimantes 3D de ce type sont encore chères et peu précises par rapport à celles qui impriment du PLA ou de l’ABS.

La société Monolith vient de trouver une solution simple pour recouvrir vos impression 3D d’une fine couche de métal avec leur machine Orbit 1.

orbit-1-une-machine-pour-recouvrir-de-metal-vos-impression-3d-01

Le principe de fonctionnement est assez simple, il suffit d’abord de lisser de vos pièces imprimées en 3D. Pour l’ABS, une solution bien connue consiste à vaporiser les pièces d’une vapeur d’acétone, pour le PLA, c’est un peu plus compliqué.

Il faut ensuite vaporiser une couche de peinture conductive sur les pièces et les insérer dans la cuve de l’orbit 1 qui va ensuite déposer une couche de métal comme du nickel, cuivre, plomb et or contenu dans la solution et déposé surement grâce a une technique d’électrolyse.

Monolith compte lancer la machine Orbit 1 lors d’une campagne kickstarter dès janvier pour un prix entre 3000$ et 4000$, mais son principe pourrait donner des idées aux makers.

  • christouf

    Content de voir un nouvel article sur semageek !
    Procédé intéressant esthétique, mais le rapport intérêt/prix le réservera dans un premier temps à un public assez restreint.

  • Loïc Gaudin

    Oui le vieux principe de l empreinte en cuivre passee au bain electrolitique, les vieux prothesistes dentaires utilisaient cette technique.

  • Djeff

    Semageek de retour ? Il était temps ! 😀

  • eWind

    Sans vouloir remettre en cause la pertinence de cette news (et le plaisir de voir Semageek de retour), une petite précision sur l’impression en métal. Je bosse dans un labo qui se sert d’une imprimante 3D destinée à l’impression de prothèses médicales en titane (ou de décapsuleurs, c’est selon, cf. photo), et la précision atteinte dépasse les deux autres imprimantes « classiques » pourtant déjà de qualité industrielle. Donc je ne sais pas si la remarque était plus destinée aux imprimantes grand public, mais pour le domaine industriel, l’impression métal est un procédé déjà abouti 🙂

    • semageek

      Oui, tu as raison, j’ai ecris « très chères et peu précises », j’aurais du écrire « très chères ou peu précises »

  • swoog029

    pour eviter la couche de peinture conductrice qui coute cher, il suffit d’imprimer avec de l’abs conducteur (au carbone) facilement trouvable et relativement bon marché, ensuite de l’électrolyse basique fonctionne (une petite alim, un bain une electrode et ça roule !), pour beaucoup beaucoup moins cher…