On m’a offert une sculpture métallique en forme de coq dans laquelle on peut placer un photophore pour obtenir un bel effet lumineux.

C’est sympa mais j’avais envie de pouvoir profiter de cet effet à la demande, et de jouer un peu avec un ATTiny.

J’ai profité d’une contribution d’un membre du forum Arduino francophone qui a fait un programme qui donne un résultat vraiment sympathique.

Je l’ai simplement modifié pour n’utiliser que deux sorties PWM (Il y en a 3 utilisables sur un ATTiny). J’ai aussi changé le mécanisme d’initialisation du générateur aléatoire.

Il y a 4 LED rouges et 4 LED jaunes, pilotées par deux transistors.

Le schéma est le suivant:

diy-un-simulateur-de-flamme-a-base-attiny_schema

Le circuit est assez simple pour tenir sur une plaque pré-percée:

diy-un-simulateur-de-flamme-a-base-attiny-circuit

Le tout est placé dans un diffuseur fait d’un tube en carton de papier toilette évidé sur lequel j’ai collé deux épaisseurs de papier sulfurisé sur le côté et sur les flancs:

diy-un-simulateur-de-flamme-a-base-attiny-diffuseur

Voici ce que cela donne une fois installé dans le coq métallique:

  • jmparis83

    Comment calculez-vous R1, C1, C2 ?

    • Moot

      Je dirais au pif:
      R1/R2 pilotent des 2n2222, sous 5V et en numérique il faut environ 5Ko pour les saturer correctement
      C1/C2 sont des condos de découplage. Si l’alimentation est correcte, C1 de l’ordre de la dizaine de µF, et C2 est là pour pallier aux difficultés qu’ont les condensateurs électrolytiques à découpler les hautes fréquences. Dans la centaine de nF donc.

      En réalité il faudrait calculer exactement le gain des 2N2222 pour être certain de les saturer suffisamment, et calculer les condensateurs en fonction de la fréquence de fonctionnement de l’ATtiny ainsi que de la fréquence de PWM. Mais en vue du circuit, les risques de pollution électronique sont très faibles.

    • jmparis83

      Merci pour ces explications, cela m’aide vraiment !

      Je vois régulièrement des R à 4.7ko autour des principaux montages qui attaquent des 2N. En fait, j’ai l’impression, que c’est comme du « par coeur ». Ou encore, comme un bon Copier/Coller d’un bout de code (en Info) qu’on veut réutiliser ?!

      Pour le découplage, là, je suis largué. D’un côté un +5V continue (pas de BF, ni HF), et de l’autre, effectivement, une fréquence de fonctionnement de l’ATtiny propre.
      Je n’arrive pas à faire le lien.

      Si vous avez un lien pour aller un peu plus loin (formule de calculs, principes de base) je suis preneur

      C’est fou comme ce circuit, en apparence si simple, recèle plein de questions 🙂

    • PatG

      Certes l’alim est 5V continu mais la consommation de courant de l’ATTiny n’a rien de continu (PWM pour alimenter les LED, pics de courant internes,..), les condos sont là pour en quelque sorte lisser la tension d’alimentation en fournissant l’énergie nécessaires lors des pics de courant. Ils évitent aussi que ces oscillations ne se propagent sur la ligne d’alimentation.

    • jmparis83

      Merci pour cette explication. Ça devient quasi limpide maintenant. 🙂

    • PatG

      Comme l’a bien dit Moot, pour C1 et C2 c’est juste des valeurs communes pour des condos de découplage. J’alimente ce montage via une alim à découpage récupérée (bloc alim de téléphone).
      Pour R1 et R2 j’ai compté environ 1mA de courant de base, avec un gain en gros de 70 pour ce genre de transistor, c’est largement suffisant pour alimenter 2 LED en série.

    • jmparis83

      Effectivement, pour avoir 1mA en courant de base, en partant d’une tension de sortie PWM0 de +5V, il faut une R de 5ko environ (U=RI).
      Après avec un coef de 70, on pourrait même pousser à 3 LED en série (25mA max supportée par LED en moyenne si je ne m’abuse)
      Merci, j’ai appris plein de choses grâce à vous et à ce billet.

  • eliobou

    La plaque utilisée ici et à pastille ou à bandes ?

  • anonymous

    Pas de résistance de limitation pour les LEDS ???