Pour programmer un micro-contrôleur, aujourd’hui on utilise bien souvent un ordinateur. AndroidRuberoid, lui, a préféré compliquer les choses en le programmant avec deux bouton-poussoirs.

Le micro-contrôleur utilisé est un ATTiny13 qui se programme normalement à travers une liaison SPI. Cette liaison SPI est composé d’une ligne SCK (l’horloge), une ligne MOSI (Master Output Slave input) et une ligne MISO (Master Input Slave Output).

Il suffit donc de câbler le Reset sur un interrupteur, et deux bouton-poussoir sur les ligne SCK et MOSI, ainsi qu’une LED pour visualiser le retour sur la ligne MISO.

Ensuite, vous pouvez écrire un programme en assembleur et en déduire les codes HEXA correspondant à chaque instruction. Puis, il suffit de les programmer dans le micro-contrôleur en simulant la liaison SPI à l’aide des bouton-poussoirs.

Attention, cette technique et longue et fastidieuse,et donc il vaut mieux se limiter à un programme assez court. Mais, cela reste une technique essentielle pour programmer un micro-contrôleur quand on a rien sous la main.

Voici une vidéo de démonstration :

  • Vous rigolez les petits jeune, moi j’ai connu ce genre de truc à la fin des années 70, c’était un peu mieux certes, on entrait en binaire un mot complet. Mais charger un loader de 2 ou 4ko octet par octet, sans faire UNE erreur ! Je me souviens aussi des rubans perforés, je faisais des stats avec, je pouvais en traiter un km ;). On parle de très haut débit, à l’époque l’engin standard de saisie, asr33, tournait à 110 bauds (b/s), le luxe quand on a eu des machins à 1200b :). Puisqu’on est dans la nostalgie, je me rappelle d’une formation France Telecom ou l’on nous avait prouvé par À plus B que l’on ne pourrait jamais dépasser 1200bauds sur une ligne téléphonique marrant non ?

    • semageek

      Perso, ça me rappelle la prog des 6809 avec un clavier HEXA et des afficheurs 7 segments… et surtout les différents mode d’adressage 😉